Les problématiques auxquelles sont confrontées les sociétés de livraison

Avec l’expansion des nouvelles technologies et des achats sur Internet, nous faisons de plus en plus souvent appel à des sociétés de livraison pour recevoir nos colis directement à domicile ou dans des points relais. Il arrive parfois que les marchandises se perdent et n’arrivent pas à bon port mais il faut savoir que ces sociétés spécialisées dans le transport de marchandises et les livraisons sont maintenant confrontées à plusieurs problématiques. Elles sont donc obligées de s’adapter à ces nouvelles règles modernes pour garantir des services de qualité les plus optimaux possibles.

Premièrement, les entreprises de livraisons doivent faire face aux problèmes de circulation dans les grandes villes qui sont constamment saturées. Ensuite, directement impactées par le changement climatique et la pollution, elles doivent revoir leurs moyens de transport et favoriser les énergies renouvelables. Les clients étant de plus en plus exigeants, elles ont aussi l’obligation de réduire au maximum les délais de livraison pour correspondre aux nouveaux standards dans le but de proposer un service de qualité. Pour finir, si elles désirent rester dans la course, elles doivent constamment évoluer et s’adapter à ce monde en plein changement.

Les problèmes de livraison dans les grandes villes

Les grandes villes sont les endroits qui concentrent le plus de population. Les demandes de livraison sont donc extrêmement plus importantes que dans les campagnes ou les petites villes. C’est cette forte densité de population qui entraîne tous les problèmes auxquels sont confrontées les sociétés de livraison.

En tant que citoyen, nous faisons souvent face à des problèmes d’embouteillage qui sont souvent provoqués par l’augmentation des poids lourds sur les axes routiers des grandes villes. Les agents de transport sont eux aussi confrontés quotidiennement à ce type de problème et les sociétés de livraison doivent faire face à des problématiques de livraison, de temps supplémentaires et d’augmentation des coûts en raison de l’engorgement des axes routiers.

Ces blocages sont notamment causés par le nombre grandissant de camions sur les artères des grandes villes. Cette augmentation résulte de plusieurs facteurs : la hausse de la population dans les grands centres urbains, l’augmentation du nombre de points de ventes qui ont pour stratégie de toujours plus se rapprocher de leurs clients, la multiplication des références en magasin qui réduit la capacité de stockage par produit, les efforts importants mis en place pour augmenter la rotation des stocks, la réduction (ou l’élimination) des back stores et la concentration des flux automobiles et de transport pendant la journée. Il est aussi important de signaler que les sociétés de transport font face à des problèmes de stationnement.

D’un côté, pour contrer cette problématique, le gouvernement français a passé, depuis 2006, une loi visant à imposer aux agglomérations de plus de 100 000 habitants de rationaliser les flux de camions. De plus, la mairie de Paris a aussi réduit la durée permise pour l’immobilisation des véhicules de livraison à 30 minutes. D’un autre côté, les experts de la logistique et de la livraison ont dû s’adapter à ces nouvelles problématiques. Par exemple, Chronopost exploite un espace souterrain de 950 m² dans la capitale pour éviter les risques de rester coincé dans les bouchons. Ce local est le point de départ de 16 tournées par jour. De plus, COGEPART, la société leader dans le domaine de la livraison de précision a également été contrainte de s'adapter. De ce fait, elle a développé de nouveaux modes de livraison avec des transporteurs à vélo.

Cependant, les grandes villes françaises ne sont pas les seules touchées. De ce fait, toutes les sociétés de transport devront concevoir des réseaux de distribution flexibles. Le changement est en marche avec de nouveaux systèmes à l’essai comme la livraison de nuit ou dans des sas sécurisés.

Les problèmes d’engorgement des axes routiers des grandes villes provoquent aussi de nombreux problèmes écologiques qui favorisent le réchauffement climatique : pollution et émission massive de gaz à effet de serre.

Respecter l’environnement

En été, quand nous circulons sur les grands axes routiers à l’approche des grandes villes, il n’est pas rare de constater des panneaux de signalisation nous intimer l’ordre de ralentir notre allure de 10 ou 20 km/h pour limiter la pollution. Et pour cause, les transports sont une des plus grosses sources de rejet de gaz à effet de serre.

De plus en plus présent dans l’actualité, le changement climatique est un phénomène inquiétant qui est, en grande partie, accentué par l’activité humaine à la surface de la planète. Plus de 15 000 scientifiques ont tiré la sonnette d’alarme, en novembre dernier. Ils déclarent que « si nous voulons éviter de grandes misères humaines, il est indispensable d’opérer un changement profond dans notre gestion de la Terre et de la vie qu’elle recèle. » Il est donc grand temps de se mobiliser massivement.

Les sociétés spécialisées dans le transport de marchandises et de livraison de colis ont déjà entamé cette transition écologique. On peut notamment citer COGEPART qui est un fer de lance dans le domaine. Pour le prouver, elle a été la première société de transport léger en France à signer la charte d’engagement volontaire Objectif CO² (réduction des émissions de CO² de 20 % en 3 ans) en collaboration avec l’ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) et la DREAL Paca (directions régionales de l'environnement, de l'aménagement et du logement). Pour limiter son impact sur les rejets de gaz à effet de serre, elle a déployé toute une flotte de véhicules entièrement électriques garantis zéro émission de CO2. En plus de répondre à la problématique de l’environnement, ces voitures apportent une réponse à la question de l’urbanisme et de sa réorganisation. En effet, comme elles sont autorisées à circuler dans les zones fermées de certains centres-villes, elles permettent le retour de la livraison de proximité. Cette nouvelle tendance est largement plébiscitée par les commerçants et les habitants.

Cette livraison de proximité donne notamment l’opportunité aux clients de bénéficier de délais de livraison beaucoup plus courts.


Livreur cogepart

Des délais toujours plus courts

Nous baignons dans une société où tout va plus vite avec les nouvelles technologies. Il n’est donc pas étonnant de constater que 53% des consommateurs sont favorables à des colis livrés en une heure. Néanmoins, ces délais toujours plus courts sont une véritable problématique pour les sociétés de transport.

En effet, 59% des entreprises estiment que les délais constituent l’une des problématiques majeures en matière de logistique. Le client étant roi, selon l’adage, les sociétés de livraison doivent quand même s’adapter à ses nouveaux besoins.

Habitué à ce mode de consommation, les français sont de plus en plus demandeurs en matières de livraisons express. Pour répondre à ce nouveau besoin, COGEPART a donc dû s’adapter à cette nouvelle demande. De ce fait, elle propose les délais de livraison les plus rapides possibles. Pour montrer qu’elle est de bonne foi, elle propose même de rembourser les frais de transports, inhérents à une prestation de livraison, si les délais ne sont pas respectés. Toutefois, il faut savoir que les retards de livraison ne peuvent donner droit à une indemnité supérieure au prix du transport. Toutes les solutions proposées par le groupe inclut des livraisons express qui sont réalisées en une heure et des livraisons standard qui sont effectuées en quatre heure.

En moyenne, chez les gros e-marchands comme Amazon, par exemple, les livraisons sont effectuées en 1,5 jours ouvré, d’après les chiffres présentés par la Fevad (Fédération du e-commerce et de la vente à distance). Par contre, la livraison dans les points relais est plus rapide et se fait en 1 jour tandis que celle de colis volumineux prend 5,9 jours. Ce sont les sites de vente en ligne qui expédient plus d’un million de colis par ans qui sont les plus rapides : la livraison leur prend 1,4 jour, contre 3 jours pour les e-commerçants expédiant 50 000 colis par an. La destination influent aussi, s’il faut 1,3 jour en moyenne pour une livraison sur Paris, une livraison pour la Corse du Sud prendra elle 2,1 jours.

La problématique des livraisons impacte forcément les acteurs de ce milieu qui sont obligés de s’adapter aux nouvelles demandes de leurs clients. De plus, ils se doivent de proposer un service et des prestations de qualité.

Un service de qualité

Bien entendu, un service de qualité passe par des livraisons rapides mais ce n’est pas tout, puisqu’il est nécessaire de prendre en compte le service client. En effet, il est primordial de proposer un service client de qualité à ses clients car ces derniers y sont très attachés. C’est vers ce service qu’ils se tourneront s’ils ont le moindre souci. De plus, tout bon service client de livraison qui se respecte doit toujours tenir informé son destinataire avec des SMS ou des mails pour le prévenir de l’expédition de son colis et de l’heure d’arrivée du transporteur. Il doit aussi mettre en place des mesures en cas d’absence du particulier : poser le colis chez un voisin mandaté par le client, dépose du bien à La Poste ou encore proposer une réexpédition au client.

Il existe plusieurs méthodes pour proposer un service client de qualité. L’exemple de COGEPART est parfait dans cette situation. En effet, la société spécialisée dans la livraison de précision a su développer un service client totalement personnalisé en accord avec les nouvelles normes de notre ère hautement technologique dans le but d’assurer une qualité optimale. Il est tellement performant qu’il s’apparente plus à un partenariat sur-mesure qui s’adapte au secteur d’activité de l’entreprise et aux besoins de ses clients pour répondre au mieux à leurs attentes.

Pour ce faire, elle a même développé une option qui permet aux clients d’évaluer en temps réel la qualité des livraisons : QSLive. Ce système donne l’opportunité à l’entreprise et aux agents de transport de s’améliorer quotidiennement. Pour aller plus loin, cette démarche est même complétée par l’envoi d’enquêtes de qualité et de satisfaction. Ensuite, pour construire et maintenir une relation de confiance entre la société et ses clients, elle met aussi à leur disposition d’autres outils (rapports d’activité, audits internes, etc.).

Pour finir, la société de livraison a aussi créé de toute pièce un espace exclusivement dédié aux clients. Nommé Zou… il permet de suivre les missions de transport dans les moindres détails : paiement en ligne, géolocalisation, bordereaux dématérialisés, etc.

De nos jours, il est essentiel de proposer un service client de qualité surtout dans le secteur de la livraison.

Le besoin d’innover

Les nouvelles technologies sont en constante évolution et ce changement s’opère de façon très rapide. Si elles veulent rester à la pointe de l’innovation, les sociétés de livraison doivent suivre ses évolutions et consacrer une part de leur budget pour rester à la pointe de la technologie.

A l’image de COGEPART, de nombreuses sociétés de transport de marchandises possèdent un pôle de recherche et développement pour innover. Par exemple, l’entreprise française s’est rendue compte que les modes opératoires, les scenarii de livraisons, les moyens de distribution et les systèmes d’information ont grandement changé. Afin de s’adapter à ces nouveaux modes de fonctionnement, elle a mis en place des livraisons plus connectées. Tout d’abord, elle a fait développer un intranet pour tous ses employés, c’est-à-dire, un réseau informatique utilisé à l'intérieur d'une entreprise ou de toute autre entité organisationnelle qui utilise les mêmes protocoles qu'Internet. Intitulé TRACKER, il permet un pilotage en temps réel et facilite grandement la logistique.

Pour toujours être à la pointe de l’innovation, la société a même mis en place un bureau d’étude qui permet d’optimiser les moyens opérationnels, de gestion et d’organisation.

L’avenir des métiers de la livraison

Innover. C’est le seul moyen pour répondre aux problématique, citées plus haut, que connaît actuellement le secteur de la livraison. Grâce aux innovations, il sera possible de livrer plus rapidement, de désengorger les centres-villes, de limiter les rejets de gaz à effet de serre et de proposer des services de plus grande qualité. Une seule avancée technologique semble réunir tous ces avantages : les véhicules autonomes.

Les véhicules autonomes, qu’est-ce que c’est ? C’est un véhicule capable de rouler sans l'intervention d'un être humain. Grâce à de nombreux capteurs et à un logiciel de calcul particulièrement élaboré, elle est capable de se déplacer dans le trafic et de prendre des décisions toute seule, sans l'apport d'un conducteur. Il y a quelques années ce concept semblait tout droit sortir d’un scénario de science-fiction. Cependant, maintenant c’est une réalité.

En effet, les ingénieurs ont trouvé la bonne solution pour que les voitures circulent toutes seules. Il reste juste un problème à régler : charger et décharger les marchandises de l’utilitaire. Cette action nécessite obligatoirement une autre forme d’intelligence autre que le véhicule. Mais ce défi est aussi sur le point d’être relevé et de nombreux constructeurs se penchent sur le sujet. Par exemple, le concept Vision Van, développé par Mercedes permet d’élaborer une nouvelle organisation de la livraison. Développé en collaboration avec les sociétés Amazone et Starship Technologies, le Vision Van permettra de décharger automatiquement et de manière autonome les marchandises à la fin de la livraison. Les sociétés de livraison programmeront les tournées et les véhicules autonomes partiront livrer sans intervention humaine. Les colis seront, quant à eux, sortis du van grâce à des systèmes de rails, de tiroirs, de placards et de robots intelligents, notamment des drones. Ce véhicule pourrait totalement métamorphoser la logistique urbaine et la mobilité. Petite parenthèse pour ceux qui pensent que les véhicules autonomes mèneront à la suppression d’emploi : même si le véhicule n’a pas besoin de l’Homme pour naviguer dans la circulation, la présence humaine est tout de même nécessaire. Par mesure de précaution.

Un autre constructeur s’est aussi lancé dans la course au véhicule autonome : Ford. Lors du Mobile World Congress de Barcelone, qui s’est tenu du 27 février au 2 mars 2018, la marque a dévoilé un programme nommé Autolivery. Cette technologie s’appuie sur l’utilisation de fourgonnettes électriques autonomes et de drones pour ramasser et déposer les colis dans les centres-villes. Les drones seront pilotés à distance grâce à des casque VR (Réalité Virtuel) et pourront se charger de livrer le colis dans la dernière étape du voyage notamment dans les endroits inaccessibles où le stationnement est difficile.

Les véhicules autonomes répondront aux problématiques actuelles

Les véhicules autonomes configurent l’avenir des métiers de la logistique et de la livraison car ils peuvent résoudre les problématiques que les professionnels rencontrent actuellement.

Premièrement, ces nouvelles technologies permettront de réduire de manière considérable les embouteillages. En effet, contrairement à un humain, les robots conduisent de manière parfaitement fluide, sans à-coup. De ce fait, le trafic routier reste, lui aussi, fluide. Ensuite, ces véhicules fonctionnent grâce à l’électricité et ne rejettent donc pas de gaz à effet de serre : l’impact sur l’environnement est donc quasi nul. Pour finir, ils permettront de livrer le client plus rapidement et de manière plus sûre. Le risque de perte étant plus que limité.